Langue

10 conseils pour lancer sa marque de bijoux

10 conseils pour lancer sa marque de bijoux

Lancer ma marque n’a pas été facile. Les témoignages de rencontres dans le milieu de la mode et du bijou m’ont vraiment guidée dans mes choix et m’ont beaucoup aidée à développer la marque. À mon tour, avec le recul de ces deux dernières années, de vous apporter mes conseils et observations.Mayrena-bijoux-design-créatrice-portrait

1. Avoir une approche créative mais pas que

Si tu sors d’un cursus artistique comme moi, je te conseille vraiment d’intégrer un incubateur. L’objectif de la formation est de t’apprendre les bases du développement d’une entreprise :

  • Quel statut d’entreprise choisir ?

  • Comment se positionner sur le marché par l’analyse de la concurrence et la création d’un benchmark?

  • Comment réaliser un plan de trésorerie et un business plan ?

  • Comment fixer le prix de tes produits par rapport à ton prix de revient ?

  • Comment vendre et développer ta marque (campagne emailing, calling, pitch, etc.) en m’entrainant en live ?

Et encore plein d’autres conseils que le PEPITE HESAM ENTREPRENDRE et SCHOOLAB à STATION F m’ont apportés pendant un an. Le partage des connaissances et des problématiques similaires à chaque entrepreneur ont aussi été d’une grande aide.

2. S’entourer des meilleurs partenaires

Trouver le fabricant qui va te permettre de développer ton projet, n’est pas une mince affaire lorsque l’on se lance, que l’on est jeune, (j’avais 24 ans à l’époque) avec peu d’expérience et que la marque est en cours de développement. Il faut les rassurer, leur montrer que l’on a de l’ambition et bien se renseigner en amont pour leur montrer que l’on sait de quoi l’on parle pour ne pas se faire avoir.

Personnellement, je ne l’ai pas trouvé tout de suite. Je suis tombée sur un premier fabricant qui ne respectait pas la qualité à laquelle il s’était engagé. Après plusieurs retours clients et des tests auprès de laboratoires, j’ai réussi à lui prouver que ce qu’il me vendait ne respectait pas l’appellation “plaqué or” et donc à être dédommagée et ainsi dédommager mes premières clientes..

J’ai eu d’autres expériences similaires avec des fabricants qui se vendent très bien et te donne une bonne impression et une fois qu’ils te rendent le travail mal fait, te décrédibilise en te disant que tu n’as que deux ans d’expérience, que tu n’y connais donc rien ou encore que tu n’es pas Hermès et n’as donc pas à exiger une telle qualité. Alors que c’est bien ce qu’il vous vendait au préalable :  un savoir-faire d’excellence avec le prix qui va avec.

Pour éviter ce genre d’expérience, le mieux est de dès le départ faire confiance à son fabricant et établir un contrat avec lui.Fabrication-mayrena-presentoir-ear-cuff-bague-article

3. Protéger ses créations

L’idée n’est pas nécessairement de le faire dans le but d’attaquer toute marque lançant des créations similaires car honnêtement quand on est une jeune marque, on a difficilement le budget pour se permettre ce genre de procès.

Je le conseille plus par rapport au fait que d’autres marques peuvent t’attaquer. Lorsqu’on est une jeune marque, peu de marques concurrentes vous connaissent et font de la veille sur vos créations. Il peut donc arriver que sur des designs aussi minimalistes que les miens par exemple, certaines marques aient sorti juste après ou en même temps des designs similaires. Heureusement, une vidéo postée sur youtube en 2018 m’a permis un jour de légitimer mes créations auprès d’une autre créatrice. Un dépôt de modèles à l’INPI n’est pas toujours obligatoire même si je le conseille. Si vous n’avez pas le budget au début, une enveloppe solo en ligne à 15 euros sur le site de l’INPI ou le partage de contenu sur des réseaux sociaux tel que Youtube est aussi possible.Plan-3D-bague-double-filaire

4. Être à l'écoute

Le retour d’expérience d’autres créateurs ou acteurs dans le milieu dans lequel tu te lances est essentiel ! Il y a tellement de choix à faire lorsque l’on monte sa marque. Et chaque décision prise va guider ton développement. Il est dur de revenir en arrière une fois que l’on a tout lancé. Je pense aux matériaux utilisés, aux designs que l’on souhaite développer en premier, au choix des fournisseurs, etc.

Il ne faut pas hésiter à être curieux, faire marcher son réseau, contacter d’autres créateurs, parler avec des professionnels.

Si tu t’intéresses à ce qu’ils font, ils seront toujours ravis de partager leurs expériences.

Je pense aussi qu’il faut être à l’écoute des retours que l’on a et pour cela, qu’il faut confronter ses créations à son entourage proche. Pas forcément pour avoir un avis sur l’esthétique, mais surtout pour ce qui est du confort, le développement des tailles ou autre.

 

5. Être présent sur des salons

Même si c’est un sacré budget lorsque l’on commence, les salons sont super importants. C’est ce qui peut vraiment permettre de faire connaître la marque. C’est le salon de Première Classe qui m’a permis d’avoir des revendeurs un peu partout en France et d’être revendue à la Fondation Louis-Vuitton et au Printemps Haussmann.

Presentation-mayrena-collection-argent-vermeil

6. Être autonome

Car c’est très dur au début de se fixer des challenges à soi même et d’être “son propre boss”. C’est pour cela que l’intégration d’un incubateur peut donner un rythme au début.

7. Être autodidacte

Tu vas être confrontée à plusieurs problématiques auxquelles tu n’as jamais fait face auparavant. Dans ce genre de circonstances, ton meilleur ami sera Google ou Youtube. Je me suis formée seule sur énormément de sujets comme la création d’un site internet sur WordPress. Et tout ça, grâce à des tutos Youtube. C’est vraiment la vie quand tu te lances et que tu n’as personne au-dessus de toi pour t’enseigner son savoir-faire.Dessins-design-bijoux-créatrice-article

8. Être multi-task

Au début, il est dur d’embaucher. Tu te retrouves donc sur tous les fronts : la communication, la commercialisation, le développement produit, l’accompagnement client, et bien sûr la création de nouvelles collections. Il faut bien répartir son temps pour passer en priorité ce qui fera vraiment vendre et développer ta marque.

9. Savoir déléguer

Même s’il est dur d’embaucher, il y a certaines choses que l’on a besoin de déléguer pour nous libérer du temps.  Il est facile de trouver des stagiaires lorsqu’on se lance, pour nous aider dans le développement des réseaux sociaux ou dans la commercialisation.

10. Être patient

À moins de faire une levée de fond, on dit que l’on met en général 3 ans avant de pouvoir se payer, et si cela n’arrive pas, qu’il vaut mieux arrêter son activité.

Les bénéfices que l’on produit sont en général tout de suite réinvestis afin de développer la marque et faire grossir les capacités du stock de produits. Il est donc très difficile de se rémunérer au début. Il vaut mieux donc être patient et avoir d’autres sources de revenus.Bague-double-audacieuse-manchette-dessin

Alors, n’attends plus, lance-toi, entoure-toi et partage ta passion !

Alexandra

 
Article précédent Article suivant

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.